Accéder au contenu principal

La naissance de mon fils, un jour pas comme les autres.

La puissance de l’intuition féminine.

Dimanche 04 Août 2013 ; il est 15h. Mon épouse alors enceinte et presque à terme insiste pour se rendre chez ses parents. Elle ne veut pas dit-elle, accoucher sans au préalable voir ces derniers.

( As-tu déjà Téléchargé cette nouvelle Formation Gratuite pour gagner 1000€ par Mois avec l'Affiliation? C'est ici ( mais plus pour longtemps en Accès libre)

En fait, ça fait quelques mois qu’elle ne les a plus revu. Trois mois je crois.

Sur l’instant, je m’y oppose et refuse de l’accompagner avec ma motocyclette. Vous vous imaginez, elle pourrait accoucher en chemin bien que l’accouchement soit prévu pour le 14 Août. Et moi qui ne connais rien en médecine…

Mais c’était sans compter sur l’obstination de ma tendre Gildas. Elle me cuisine à tel point de je me retrouve obligé de l’accompagner malgré la peur au ventre et le climat pas vraiment favorable.


récit accouchement

Une soirée mouvementée et plein de rebondissement.

17 h. Nous sommes en route à destination du domicile de ses parents pour cette étrange visite inopinée.  En cours de route, une forte pluie se déclenche. Malgré son intensité, mon épouse refuse de s’abriter. Elle ne veut s’arrêter qu’une fois arrivé chez eux.

C’est notre petite Grâce âgée de 2 ans qui va faire les frais de cette folie.  En fait, nous sommes à trois sur la motocyclette. (Pas rassurant sous cette averse)

18h. Nous franchissons enfin l’entrée du domicile de mes beaux parents. Malgré  l’imperméable, chacun de nous est sérieusement mouillé, mais heureux d’être arrivé sans incident.

Mes beaux parents sont comme toujours heureux de nous voir, mais  à la fois surpris et inquiets. Ils s’interrogent sur le pourquoi de cette visite inopinée sous cette pluie intense.  Le regard qu’ils me jettent en dit long.  Inutile de leurs expliquer que c’est ma têtue épouse qui est à l’origine de cette folie.
En fait, nous ne pouvions faire autrement. C’est la saison pluvieuse et il pleut ici quasiment tous les jours.

Nous passons  2 heures à parler de tout et de rien. A l’extérieur, il continu de pleuvoir. Mais à l’intérieur, nous sommes bien au chaud.

21 h. Il est temps de renter. Nous reprenons la route toujours sous cette pluie battante qui  décidément veut faire notre fête.  Si seulement nous  avions le choix.  Mais il faut rentrer à tout prix.

22h 15 min. Nous franchissons enfin le seuil de notre domicile complètement mouillé et même plus qu’à l’allée. Tout le monde frissonne de froid, y compris moi.  Heureusement, nous sommes à présent chez nous.

Nous prenons vite fait une  douche chacun. Pendant que mon épouse et ma fille Grâce vont se coucher, je m’installe devant mon ordinateur pour consulter les mails avant de les rejoindre.

Le petit Abel frappe à la porte de la vie terrestre.

23 h 48 min. Alors que je suis entrain de lire et répondre aux Emails, mon épouse commence à se tordre de douleurs. Elle se lèvre du lit et subitement,  la poche d’eau se romps.   C’est alors que  je comprends que notre fils s’apprête à venir au monde.

Je ne suis pas trop inquiet car, c’est ma deuxième expérience et heureusement, l’Hôpital est tout près. À mois de deux kilomètres de notre domicile.

Sans tarder, je mets vite fait un pull-over sur la petite Grâce qui est déjà profondément endormie et nous partons pour l’Hôpital.

00 h :15 min. Nous franchissons les portes de l’Hôpital et rapidement, elle est prise en charge par la sage femme de garde. La gentille Sœur Honorine.

Pendant ce temps, ma fille et moi attendons à la réception. Après l’avoir consulté, la Sœur revient vers  moi et me recommande de renter  à la maison avec ma petite Grâce. D’après sont diagnostic,  le bébé ne  naitra qu’au petit matin.

Je refuse cet’ idée mais la Sœur Insiste. J’essai de lui expliquer que je ne trouverais pas le sommeil temps que mon fils ne sera pas né, mais en vain.  Rien n’y fait, elle m’oblige quasiment de renter avec l’enfant qui franchement est très fatiguée après toutes les tracasseries de la journée.

Je passe une nuit blanche

00h :45 min. Nous  sommes à présent à la maison et la petite Grâce dort comme un ange, mais pas moi. J’ai toujours les yeux rivés au plafond. Imaginant comment ça se passe  à l’Hôpital. 

Je dois bien me résigner à attendre, mais comment ?
La nuit semble plus longue que d’habitude.  Je me suis déjà assis une bonne dizaine de fois devant mon ordinateur sans  vraiment savoir ce que je fais là.  Il m’est totalement impossible de me concentrer sur quoi que ce soit. Mon esprit est à l’Hôpital.

Aux environs de 3h, après un effort fatidique pour me relaxer, je parviens enfin à dormir un tout petit peu.

06h 00 min. Je suis à l’Hôpital. La Sœur Honorine est surprise de me voir si tôt. Et avant que je ne pose la question, elle me demande ce que je fais là et où se trouve ma petite Grâce.

En fait, elle dort encore à cette heure là. Avant que je ne réponde, elle m’informe que le bébé n’est pas encore né. Mais cette fois au moins, elle m’autorise à voir mon épouse.

Quand la frontière entre la vie et la mort se rapproche.

Elle se tord de plus en plus de douleurs. Devant ce spectacle saisissant, je reste impuissant. Je ne peux rien faire d’autre que de l’encourager.

Quelques minutes après, la Sœur m’informe qu’il est temps de sortir. Mais cette fois, je reste à l’extérieur tout près de la maternité. Je ne veux plus retourner à la maison.

0 8 h. La situation se complique. Personne ne me dit ce qui se passe mais je peux l’apercevoir sur le visage de la Sœur Honorine et les autres médecins qui sont maintenant trois à s’occuper de mon épouse.  Il y a certainement quelque chose qui cloche.

08h 15 min. La sœur sort de la salle et m’explique que la tête du bébé est pour l’instant bloquée sous l’os qui se trouve juste en dessous des reins.  Mais elle me rassure que tout va bien se passer car, les médecins s’activent pour résoudre ce problème.

C’est alors que je commence à m’inquiéter sérieusement, mais je reste toute fois confiant car, je sais que tout se passera bien par la grâce de Dieu. C’est juste l’attente qui me rend anxieux.

La Sœur s’en aperçoit et m’envoie à la maison rapporter un autre drap. En fait, ce n’était qu’un prétexte pour m’éloigner un peu de la maternité.

Abel est né, la bonne nouvelle qui transforme mon inquiétude en une immensité de joie.

Alors que je suis encore en chemin, mon téléphone sonne. C’est la sœur, elle m’annonce  la bonne nouvelle tant attendue.  Sans même arriver à la maison prendre le drap pour lequel je m’étais déplacé, je me retourne en courant, en dansant et en sautillant.

Mon inquiétude de tout à l’heure se  s’est subitement transformée  en une  intense émotion joyeuse.  Franchement, je ne trouve pas de mots pour qualifier ce que j’ai ressenti à ce moment là.

Le bébé est né en état d’inconscience, mais les médecins ont vite fait de le réanimer avant mon arrivée. Depuis le seuil de la porte, je peux entendre les cris de mon fils qui percent le silence de cet Hôpital. Ma joie est à son comble. La nuit a été longue mais en fin, tout est bien qui fini bien.

Le petit Abel vient de voir le jour ce 5 Août 2013 à 8 h 26 min. Je suis aujourd’hui l’homme le plus heureux du monde.

Merci à toutes les femmes qui risquent leur vie pour donner naissance.

Je tiens ici à rendre un vibrant hommage aux femmes et particulièrement à mon épouse qui frôlent la mort à chaque fois qu’elles donnent naissance.  Nous ne le reconnaissons pas très souvent, mais il suffit d’assister à un accouchement difficile pour le comprendre.

Pourquoi je vous raconte cette aventure ?

Vous vous demandez certainement pourquoi je partage cette aventure avec vous sur ce blog qui parle de développement personnel et de web-marketing. Simplement parce que vous faites désormais partie de ma vie, de mon quotidien. 

Certains d’entre vous me suivent depuis presque 2 ans déjà. Je ne pouvais donc ne pas partager ce bonheur avec vous en guise de reconnaissance et de remerciement.

Afin de  vous remercier de me suivre depuis tout ce temps et célébrer comme il le faut la naissance de mon fils, je vous offre en téléchargement gratuit ci-dessous  une série de cinq vidéos sur le développement personnel d’une valeur de 37 euros

Ces Vidéos ont été réalisées par le club-opération succès  qui est l’un des meilleurs clubs de développement personnel en Francophonie.  

 Je sais que ce n’est pas assez comparé à votre fidélité, mais c’est le moins que je puis faire pour l’instant.  Cliquez-ici pour télécharger gratuitement ces vidéos d’une valeur de 37 euros.

A vous tous enfin, je dis MERCI.

Merci de me suivre depuis tout ce temps, merci à vous si vous n’êtes qu’un lecteur de passage. Vous gagnerez d’avantage à faire partir de cette chaleureuse communauté.


Avez vous aimé cet article, Merci de le partager sur vos réseaux sociaux via les boutons prévus à cet effet.

Le partage est ce qui donne un sens à la vie car, il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir. Et celui qui donne reçoit au centuple. 

Amicalement,
Xavier







Commentaires

  1. Mais quelle joie dans votre domicile...

    prenez soins de vous et de votre bébé Abel.

    Tout bien à vous,

    Raphael.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Salut,

      Je suis le papa le plus heureux du monde.

      Ces instants sont vraiment magiques. ma joie s’accroît de jour en jour.

      Merci pour votre soutien. Les enfants, la famille sont ce qu'il y a de plus chers dans la vie d'une personne.

      Merci à vous.

      Amicalement,
      Xavier

      Supprimer

Enregistrer un commentaire

PS: Ce blog est en dofollw! Un commentaire pertinent= un lien de qualité pointant vers votre site. Dites à vos amis que vous aimez ce blog

Posts les plus consultés de ce blog

Pourquoi je n'ai pas de trafic sur mon site ?

Pourquoi je n'ai pas de trafic sur mon site ? Une des plus grosses sociétés qui regroupent des datas pour le SEO a fait une analyse assez terrifiante. Pour évaluer le nombre d'URL récupérant la majorité du trafic, Ahrefs a étudié un échantillon d'un milliard de pages. Le résultat ? 90,63% de toutes les pages de leur index n'obtiennent aucun trafic de Google et 5,29% d'entre elles reçoivent dix visites par mois ou moins. En d'autres terme, seules quelques pages sur le web font la majorité du trafic naturel. Dingue non ? Alors il y a 3 raison principale à ça: La première, c'est que les pages ne reçoivent pas de trafic parce qu'elle ne sont pas cohérentes avec les intentions de recherche. Par exemple, si un utilisateur tape sur Google "Comment changer un pneu de voiture", il s'attend à voir une vidéo ou un bon tuto bien rédigé avec des photos. Si vous vendez des pneus et des clés en croix, votre page aura peu de chance d'apparaitre pour ce

Avis Zoaboutique: de 300€ à 700€ par mois (Témoignage)

j'ai reçu ce jour des souhaits un peu particulier.  Je ne sais pas pourquoi, mais plusieurs clients de la Zoaboutique ont décidé ce jour de m'envoyer leurs témoignages de réussite. (J’en reçois de plus en plus et ça fait plaisir).  Et de tous les témoignages reçu ce jour, celui de Martine m'a fait couler une larme. Ma Zoaboutique me rapporte entre 300 et 700 euros par mois ( Témoignage) Martine me dit:  « Xavier, de tous les investissements que j'aie fait sur le Net, la Zoaboutique est simplement ma préférée.  En fait, j'ai pris la Zoaboutique + Hébergement chez-toi il y plus d'un an. J’ai suivi la formation vidéo qui l'accompagne et je me suis lancée.  Voyant que les résultats ne venaient pas rapidement, j'ai abandonné ma boutique.  Mais j'avais déjà importé et modifié une bonne dizaine d'articles dans ma sous niche et placé quelques liens vers mon site sur internet.  Ce que je ne savais pas, c'est que ce petit travail était précieux aux yeu

Comment devenir BON en copywriting ? ( Par le Copywriter Tugan Bara)

La question légitime qui revient toujours et encore : Comment devenir BON en copywriting ? Le copywriting est une des compétences les plus lucratives sur le marché. On en a déjà parlé. Du coup,  comment  devenir BON ? Secret #1 - Un BON copywriter entre dans le cerveau du client. Tu dois comprendre le  monologue intérieur  qui a lieu dans le cerveau du gars. Ses préjugés, ses craintes, ses peurs, ses croyances… Tu dois le comprendre sans le juger. Qu’est-ce qu’il a déjà  testé  ? Qu’est-ce qu’il est prêt à  croire  ? Qu’est-ce qu’il veut  entendre  ? Plus tu connais ces informations, et ce monologue intérieur… meilleure est ta copie… et plus tu gagnes de l'argent. Secret #2 - Un BON copywriter prouve ce qu’il écrit. Le job, c’est pas juste de balancer des punchlines, des preuves sans utilité et d’ajouter des bonus pour faire "comme Tugan" mais sans piger pourquoi tu fais ce que tu fais. Un bon texte  démontre ,  prouve . Il explique clairement  pourquoi  ce que le gars a